Sur Noova tous les produits que l’on vous propose sont sélectionnés avec amour mais surtout testés avec soin par notre équipe pour s’assurer qu’ils soient à la hauteur de vos attentes. Marion, notre Brand Love Manager, a testé pour vous les Foodhuggers, les accessoires anti-gaspillage alimentaire. Marion c’est à toi :

Salut la compagnie ! Cette fois-ci j’ai décidé de tester pour vous les Foodhuggers. Dans la vie s’il y a un truc que j’aime c’est manger (je pense que toute la Noova team pourra en témoigner ). Du coup inévitablement un des trucs qui m’énervent le plus c’est le gaspillage alimentaire.

Non seulement c’est pour moi un sacrilège de gaspiller de la nourriture que l’on pourrait MANGER mais en plus je suis adepte de tout ce qui est éco-responsable donc le gaspillage c’est juste : non. Autant vous dire que la promesse du Foodhugger me fait rêver !

Premières impressions : joli et pratique

Pour ce test, la start-up a mis à notre disposition deux sets de Foodhugger : le set de base avec les 5 ronds en Bright Berries (dégradé du rose au bleu) et le set pour avocats. Le packaging met directement dans l’ambiance, avec son carton visiblement recyclé et recyclable ! Aucun emballage superflu et pas de plastique, et ça j’apprécie, surtout pour un produit qui se veut orienté écolo. On peut directement voir les couleurs acidulées et la texture des Foodhuggers toute douce.

Une fois sortis je ne suis pas déçu par la qualité apparente des Foodhuggers. C’est du silicone oui, mais on sent de suite au toucher qu’il est résistant et sera hyper simple à laver. En plus les sets s’emboîtent les uns dans les autres ce qui garantit un rangement bien pratique lorsqu’ils ne seront pas utilisés.

Noova - Test - Foodhugger

Prise en main : nickel pour les ronds, quelques difficultés sur l’avocat

Pour le test j’ai sorti de mon frigo une pomme, un avocat et une courgette. Le principe est simple, une fois le légume coupé, on le place d’une poussée dans le Foodhuggers qui va alors l’entourer comme une ventouse.

La première difficulté a été de trouver le bon Foodhugger pour chaque fruit/légume. Une fois la bonne dimension trouvée pour tous, j’ai juste eu à “plopper” (mot de mon invention décrivant le geste de mise en place du Foodhuggers) mes légumes dedans et voilà ! Une fois en place, le Foodhugger colle parfaitement au légume, c’est à première vu bien hermétique donc jusque là tout va bien.

Par la suite j’ai voulu tester celui pour avocat et là ça se complique. Bon j’avoue c’est entièrement ma faute, j’y suis allée à la hussarde sans regarder les vidéos, pensant que ce serait exactement la même chose que pour les ronds. Spoiler : en fait non.

Je vous laisse jeter un oeil à la vidéo ci dessous sur laquelle, du coup, je fais exactement ce qu’il ne faut pas faire avec l’avocat :

 

Le lendemain du tournage de ma vidéo, je me suis rendue sur l’Instagram de Foodhuggers par curiosité (et parce que leurs photo sont vraiment tops, c’est par là) et c’est là que j’ai compris pourquoi j’avais eu autant de difficultés ! Tout simplement parce que pour celui-ci il ne faut pas “plopper” mais carrément recouvrir les bords de l’avocat avec le Foodhuggers. Bon c’est assez difficile à expliquer par écrit donc ceci devrait vous aider :

Noova - test - Avocado Huggers
Comment mettre correctement son Avocado Hugger

Une fois tout en place, il n’y a plus qu’à attendre quelques jours pour voir les résultats !

Le vif du sujet : est-ce que ça marche ?

Une semaine plus tard j’ai donc ressorti le tout du frigo pour comparer les moitiés sous Foodhuggers et les moitié sans rien. En enlevant les Foodhuggers la différence n’est pas flagrante mais dès qu’on regarde de plus prêt on voit bien que ceux protégés sont beaucoup mieux conservés. En dehors du visuel c’est surtout la texture qui diffère vraiment.

Je vous laisse observer par vous-même et je vous fait un récap fruit par fruit juste après :

Noova - Test - Avocado Huggers
En haut : sans Foodhuggers l En bas : avec Foodhuggers

La pomme:
C’est le fruit sur lequel j’ai vu le plus de différences, non seulement la chair est moins oxydée mais surtout elle garde son craquant. Sans le Foodhugger, elle devient molle et les bords se gondolent, tandis qu’avec, tout reste nickel !
À noter que la pomme utilisée était très petite et qu’après coup, je pense que le Foodhugger était un peu trop grand pour elle. Les résultats doivent donc être encore plus impressionnants sur une pomme de taille adaptée.

La courgette :
Ici peu de différences visuelles, même si sans le Foodhugger la chair commence à se jaunir très légèrement. Ce n’est pas un grande surprise, après tout la courgette se conserve plutôt bien toute seule. En revanche comme pour la pomme, au niveau de la texture il n’y a pas photo. La courgette protégée garde sa fraîcheur tandis que la tranche de l’autre est franchement molasse.

L’avocat :
Bon, je vous l’ai dit avant, je me suis ratée sur le positionnement du Avocado Hugger. Du coup mon demi avocat a passé 24h non protégé, et vous savez comme moi la vitesse avec laquelle un avocat se dégrade…
Visuellement la différence est très donc peu visible. En regardant très attentivement on peut quand même voir que la couleur change. Alors que la moitié protégée reste dans les verts clairs, l’autre moitié tire plus sur le jaune.
Et au niveau de la texture rien à voir ! La moitié protégée reste bien moelleuse et brillante alors que la partie à l’air libre s’est complètement desséchée et au toucher on a un avocat très caoutchouteux, pas du tout appétissant.

Conclusion : Le goût y est et c’est bien le principal !

À première vue j’aurai pu être déçue par mon test : visuellement le résultat est mitigée.

Par contre gustativement il n’y a vraiment rien à redire : on sent vraiment la différence et particulièrement sur la texture. En plus, en dehors de la courgette, les tests n’ont pas eu des conditions parfaites : pomme trop petite et avocat mal positionné au début. Et pourtant, même sur ces deux là, la différence est bien marquée au niveau du goût.

Le seul point que j’améliorerais ce serait les tailles disponibles : je pense qu’un diamètre plus petit serait le bienvenu, pour les échalotes ou les petits oignons par exemple. J’achète beaucoup de fruits et légumes bios qui sont souvent plus petits que les autres, et j’ai du mal à voir sur quoi je pourrais utiliser les plus grands modèles. Mais il en faut pour tous les goûts !

Ce que j’ai adoré :

  • La préservation parfaite de la texture du fruit
  • La facilité d’utilisation, de rangement et de nettoyage
  • Les couleurs acidulées

Ce qui peut décevoir :

  • Les tailles un peu grandes pour les aliments de petits gabarits

Bref au final un petit accessoire écolo que je recommande à tous les amateurs de fruits et légumes ! Si comme moi vous détestez le gaspillage, vous pouvez retrouver les Foodhuggers ici à partir de 11€95. Et parce que je vous soutiens dans votre lutte anti-gaspi, je vous offre -10% sur votre commande Foodhuggers avec le code MARION10 !